L’industrie 5.0, ou comment remettre l’industrie au coeur de nos questions sociétales

par | Nov 8, 2021 | Actualités industrie 4.0, Décryptage, Innovations, Makers

En Janvier 2021, la Direction Recherche et Innovation de la Communauté Européenne a publié un rapport de prospection intitulé : Industrie 5.0 : vers une industrie européenne soutenable, centrée sur l’humain et résiliente. Dans la première partie de cet article, nous exposons les éléments les plus saillants de ce rapport, puis nous apportons notre (modeste) perspective.

L’industrie 5.0 ? Et pourquoi pas l’industrie 12.0 ou l’industrie² ? 

C’est vrai que l’inflation des noms peut sembler parfois vide de sens. Mais, en l’occurrence, ce rapport propose une vision du futur de l’industrie qui nous paraît essentielle.

Le rapport débute par un constat sur les limites de la stratégie industrielle européenne de la dernière décennie, centrée sur les développements technologiques de l’industrie 4.0.

Le focus de l’industrie européenne, face à une crise de compétitivité notamment, a été d’utiliser la technologie comme un levier de performance économique, au détriment parfois de l’environnement, de la place des salariés dans l’entreprise et plus globalement de la mission sociétale de l’industrie.

Face à ces limites, le rapport propose le concept d’industrie 5.0.

Une approche purement axée sur le profit est de plus en plus insoutenable. Dans un monde globalisé, une focalisation étroite sur le profit ne permet pas de prendre en compte correctement les coûts et avantages environnementaux et sociétaux. Pour que l’industrie devienne le garant d’une véritable prospérité, la définition de sa raison d’être doit inclure des considérations sociales, environnementales et sociétales. Cela inclut l’innovation responsable, qui ne vise pas seulement ou principalement à accroître la rentabilité ou à maximiser le profit, mais aussi à accroître la prospérité de toutes les parties concernées : investisseurs, travailleurs, consommateurs, société et environnement. »

Source: Rapport ‘Towards a sustainable, humancentric and resilient European industry’, Janvier 2021, page 13, extraits traduits par nos soins

L’industrie au coeur des questions sociétales

Le rapport propose de repositionner l’industrie au cœur des questions sociétales avec le concept d’industrie 5.0. 

« Cette vision reconnaît le pouvoir de l’industrie à atteindre des objectifs sociétaux au-delà de l’emploi et de la croissance, à s’affirmer comme solide garant de la prospérité, en faisant en sorte que la production respecte les limites de notre planète et en plaçant le bien-être du travailleur de l’industrie au centre du processus de production. »

Source: Rapport ‘Towards a sustainable, humancentric and resilient European industry’, Janvier 2021, page 3, extraits traduits par nos soins

Les 3 éléments clés de l’industrie 5.0

Concrètement, cette vision s’appuie sur 3 éléments clés : la soutenabilité, la résilience et l’approche centrée sur l’humain.

« La soutenabilité, l’anthropocentrisme et la résilience sont les caractéristiques distinctives de l’industrie 5.0. Nous ne considérons pas ces caractéristiques comme simplement souhaitables, mais nous pensons qu’elles sont nécessaires pour que l’industrie européenne reste pertinente, compétitive et adaptée à l’avenir. »

Source: Rapport ‘Towards a sustainable, humancentric and resilient European industry’, Janvier 2021, page 25, extraits traduits par nos soins

La soutenabilité

Être soutenable, c’est inscrire son action dans les limites de notre planète. A l’échelle d’une entreprise industrielle, c’est un challenge sur de nombreux aspects :

  • Concernant les ressources naturelles et les matières premières, cela signifie par exemple éviter les gâchis (éco-conception, gestion de l’usage de l’eau) ou réduire ses déchets (recyclage, économie circulaire). 
  • Concernant les émissions de gaz à effet de serre (l’industrie représente en 2019 18% des émissions nationales des gaz à effet de serre en France), l’industrie doit les réduire à la fois dans sa logistique (transports) et son activité de production. 
  • Concernant l’impact sur la biodiversité, cela implique une gestion contrôlée de ses externalités et de l’artificialisation des sols.

« Pour que l’industrie respecte les frontières planétaires, elle doit être durable. Elle doit développer des processus circulaires qui réutilisent, revalorisent et recyclent les ressources naturelles, réduisent les déchets et l’impact environnemental. La durabilité implique de réduire la consommation d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre, pour éviter l’épuisement et la dégradation des ressources naturelles et assurer les besoins des générations actuelles sans mettre en péril les besoins des générations futures. »

Source : Rapport ‘Towards a sustainable, humancentric and resilient European industry’, Janvier 2021, page 25, extraits traduits par nos soins

La résilience

La résilience sous-entend de pouvoir continuer à assurer une activité lors de perturbations ou crises. Cela veut dire se préparer activement à résister autant que possible face aux risques nombreux qui pèsent sur l’industrie : catastrophes naturelles, pénuries, épidémies, tensions géopolitiques, prix volatiles, etc.

« La résilience fait référence à la nécessité de développer un plus haut degré de robustesse dans la production industrielle, en l’armant mieux contre les perturbations et en s’assurant qu’elle peut fournir et soutenir les infrastructures essentielles en temps de crise. Les bouleversements géopolitiques et les crises naturelles, telles que la pandémie de Covid-19, mettent en évidence la fragilité de notre approche actuelle de la production mondialisée. Il convient de l’équilibrer en développant des chaînes de valeur stratégiques suffisamment résilientes, des capacités de production adaptables et des processus commerciaux flexibles, en particulier lorsque les chaînes de valeur servent des besoins humains fondamentaux, tels que les soins de santé ou la sécurité. »

Source : Rapport ‘Towards a sustainable, humancentric and resilient European industry’, Janvier 2021, page 14, extraits traduits par nos soins

L’approche centrée sur l’humain

Redonner une place centrale à l’humain, donc aux salariés de l’industrie, est un des objectifs de cette industrie 5.0. Cela fait écho à cette place stratégique de l’industrie dans notre société, qui doit répondre à des besoins humains, apporter des réponses à des enjeux sociétaux, plutôt qu’être dirigée vers la production et la consommation servant le profit.

Si traditionnellement, l’industrie a essentiellement impulsé l’innovation via ses cadres dirigeants, c’est à travers chacun de ses salariés aujourd’hui que la performance et l’efficience seront améliorées (on prépare un article-interview à ce sujet d’ailleurs 😇 ). 

 » Dans l’industrie 5.0, le (…) travailleur ne doit pas être considéré comme un  » coût « , mais plutôt comme un  » investissement  » pour l’entreprise(…). Une telle approche est très différente du simple équilibre entre le coût du travailleur et les recettes financières : le capital humain est davantage valorisé et apprécié. » 

 

 » Plutôt que de se demander ce que nous pouvons faire avec les nouvelles technologies, nous nous demandons ce que la technologie peut faire pour nous.  »

 

 » Une condition préalable importante à l’industrie 5.0 est que la technologie soit au service des personnes, plutôt que l’inverse. Dans un contexte industriel, cela signifie que la technologie utilisée dans la fabrication est adaptée aux besoins, et à la diversité des travailleurs de l’industrie, plutôt que le travailleur doive s’adapter continuellement à une technologie en sur-évolution. Le travailleur est davantage responsabilisé et l’environnement de travail est plus inclusif. Pour y parvenir, les travailleurs doivent être étroitement associés à la conception et au déploiement des nouvelles technologies industrielles, y compris la robotique et l’IA. »

Source : Rapport ‘Towards a sustainable, humancentric and resilient European industry’, Janvier 2021, page 14 et 15, extraits traduits par nos soins

Ce que nous inspire ce rapport

Aujourd’hui, l’industrie est face à un défi gigantesque. C’est dans notre intérêt à tous de participer à son effort de transformation. 

Il n’y a pas de solution toute prête pour les industriels. 

Il n’y a pas de solution qui s’applique à tous les secteurs. 

Chaque entreprise industrielle va devoir trouver la voie la plus adéquate à son évolution. 

Chaque territoire va devoir penser sa stratégie en termes de filières.

C’est pour cette raison qu’indusmakers a vu le jour en 2020. Nous avions l’intuition que ce n’est que par la compréhension des grandes transformations en cours par tous ses salariés, que l’industrie pourrait les anticiper, les préparer, et s’y adapter.

On nous demande parfois pour qui sont conçues nos formations. C’est vrai, nous n’entrons pas forcément dans un référentiel de compétences, dans une liste de savoir-faire techniques. Nous traitons en réalité des transformations culturelles, technologiques et écologiques pour donner à chacun :

  • les clés pour les comprendre de manière stratégique
  • des exemples concrets de solutions permettant de se projeter dans ses propres solutions
  • des guides pour passer à l’action

C’est par cette acculturation de tous les acteurs de l’industrie qu’un nouvel imaginaire pourra se développer, tourné autour de nouveaux indicateurs. Car au même titre qu’il est aujourd’hui restrictif de mesurer la ‘santé’ d’un pays à l’évolution de son PIB, il est réducteur de se limiter à la mesure du profit dans l’industrie pour en mesurer la performance… 

Conclusion

L’industrie 5.0 est un immense chantier, qui va nécessiter des changements profonds dans le monde industriel. Ce parcours sera sans doute coûteux, difficile, mais c’est aussi l’opportunité de créer un nouvel imaginaire autour de l’industrie. 

Un imaginaire qui pourrait s’inspirer du mouvement des makers 😉 : des personnes de tous profils, aux compétences diverses et complémentaires, qui mettent en œuvre leur ingéniosité pour collaborer, et fabriquer des produits plus utiles, moins coûteux et plus respectueux de l’environnement.

Pour aller plus loin

(ENG) La page de l’industrie 5.0 sur le portail de la Commission Européenne https://ec.europa.eu/info/research-and-innovation/research-area/industrial-research-and-innovation/industry-50_en

(ENG) Le rapport 2019 du World Manufacturing Forum sur les compétences du futur de l’industrie manufacturière https://www.worldmanufacturingforum.org/report-2019

(ENG) The environmental value and impact of the Maker movement—Insights from a cross-case analysis of European maker initiatives https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1002/bse.2328

(FR) Réindustrialisation : reprendre son autonomie, Anaïs Voy-Gillis sur Thinkerview, Octobre 2021 https://www.youtube.com/watch?v=7b6HPsqwT2E

(FR) Webinaire « L’Efficience & L’Efficacité hydrique en Industrie », Jean-Emmanuel Gilbert, Septembre 2020 https://www.youtube.com/watch?v=kLY6yoh-p6Y

(FR) Les publications d’Industry4Good https://linktr.ee/industry4good

Formez-vous à l'industrie soutenable

avec les parcours de formation clé en main indusmakers

Contactez-nous pour en savoir plus

0 commentaires